Sisyphe

 

Moi ma pierre je n’en puis plus !

C’est celle qui enfonce l’

Écrivaine à mesure qu’

Elle rentre dans l’Eau… - Chut !

 

C’est elle qui choisit pour moi,

Aime et

Se coule dans mon ombre,

Elle est reine à ma place

Dans ma planète vide et Unaire…

 

Elle essore mes espoirs,

Et au soir triste des rides

Arrivent parfois de

Petits Fruits Rances,

De nulle saison mais

Que je chéris !

Le Beau n’est-il pas toujours un Hasard

Étrange ?

Moi, ma pierre je suffoque sous

Son poids ou

 Mon poids, mes regrets (chagrinés)

Et mes « sourires de Courbatures »,

Peu importe qui de l’une ou l’Autre,

de moi ou d'Elle

Est la pire ou la plus

DURE… ?

Commentaires